Contenu

Influenza aviaire : passage en niveau de risque "élevé"

 

Novembre 2016 : renforcement des mesures de surveillance et de biosécurité vis à vis de l’influenza aviaire

 
biosecurite_cle65388c.png
biosecurite_cle65388c.png
©MAAF

Suite à la découverte de nombreux cas de grippe aviaire (influenza aviaire hautement pathogène H5N8) sur des oiseaux sauvages et sur des volailles d’élevage dans plusieurs pays de l’Union Européenne, puis à la détection de 8 cas en France au 06/12/2016 (2 sur la faune sauvage et 8 en élevage de palmipèdes), le ministère en charge de l’agriculture a décidé de relever le niveau de risque de transmission de cette maladie des oiseaux sauvages aux oiseaux domestiques et de le qualifier désormais d’ELEVE en France sur tout le territoire national.
En effet, si aucun cas de transmission à l’homme n’est décrit sur cette souche virale, la vigilance de tous s’impose compte tenu de l’importance pour la filière avicole des mesures obligatoires de prévention qui sont destinées à éviter la propagation en France de ce nouveau virus de l’influenza aviaire.

Suite à cette ré-évaluation du niveau de risque, des mesures de biosécurité renforcées doivent être mises en place sur tout le territoire national, ainsi qu’une surveillance accrue de toute apparition de signe clinique de la maladie.
Les activités cynégétiques ou les manifestations en lien avec les oiseaux sont également encadrées par des règles particulières, voire dans certains cas interdites ( flyer chasse & appelants (format pdf - 96.3 ko - 23/11/2016) - Attention : Risque élevé sur tout le territoire national depuis le 06/12/2016).

SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE L’AUDE, indépendamment des mesures applicables aux professionnels de la filière avicole (élevages commerciaux), la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de l’Aude rappelle aux particuliers détenant des oiseaux / volailles à titre commercial ou non, que le confinement de ces derniers ou la pose de filets empêchant tout contact avec les oiseaux sauvages est obligatoire. De même, les mortalités doivent être impérativement signalées au vétérinaire ( flyer particuliers (format pdf - 126.2 ko - 22/11/2016) )

De plus amples informations sur l’évolution de la situation européenne et nationale sont disponibles sur le site internet du ministère en charge de l’Agriculture.

 
 

Documents associés :