Contenu

Développement de l’emploi

 

Politiques publiques pour soutenir les personnes en difficulté d’accès à l’emploi ou à la qualification professionnelle

 

L’unité territoriale de la DIRECCTE met en œuvre des politiques publiques pour soutenir les personnes en difficulté d’accès à l’emploi ou à la qualification professionnelle : jeunes peu qualifiés, personnes en difficulté sociale d’insertion, personnes résidant dans les quartiers difficiles, personnes issues de l’immigration, personnes handicapées, salariés licenciés, salariés âgés…

Cette politique départementale est construite en concertation avec les autres services de l’Etat, Pole EMPLOI, Maison de l’emploi, Missions locales d’Insertion, les partenaires sociaux et les collectivités territoriales .Cette action favorise la mise en œuvre de dispositifs qui tiennent compte des besoins des publics, des perspectives socio-économiques et des caractéristiques des territoires.
Les priorités de la politique de l’emploi pour 2010 sont :

  • l’amplification de la mobilisation contre le chômage pour atténuer les effets de la crise économique tant en amont par des dispositifs d’activité partielle qu’en aval, notamment par une politique des contrats aidés
  • l’efficacité du service public de l’emploi, grâce aux services rendus par Pôle emploi, né de la fusion entre l’ANPE et le réseau de l’assurance chômage
  • le développement de l’emploi des jeunes avec la mobilisation d’outils spécifiques tels que les contrats aidés jeunes et des incitations financières renforcées à l’embauche en alternance sous ses différentes formes (apprentissage et contrats de professionnalisation) ;
  • le développement de l’emploi des seniors et des personnes handicapées ;
  • l’insertion par l’activité économique.

- Accès et retour à l’emploi

L’accès ou le retour à l’emploi concerne les demandeurs d’emploi en général ou plus spécifiquement des publics qui rencontrent des difficultés particulières sur le marché du travail. Bien que la crise amène le ministère de l’emploi et ses opérateurs, en particulier Pôle Emploi, à se concentrer sur les demandeurs d’emploi, les politiques de l’emploi concernent également d’autres publics, comme les jeunes.

Service public de l’emploi (SPE) : rapprochement entre l’offre et la demande de travail par la mobilisation constante du SPE, en particulier dans « l’intermédiation » entre les besoins des entreprises et les disponibilités en main d’œuvre aux qualifications adaptées.

Dispositifs en faveur du retour à l’emploi des personnes les plus éloignées du marché du travail : jeunes sans qualification, seniors, chômeurs de longue durée, bénéficiaires de minima sociaux et travailleurs handicapés.

Quatre mesures exceptionnelles sont mises en œuvre dans le cadre du « Plan de relance de l’économie » :

  • la création de contrats passerelle pour faciliter l’insertion des jeunes ;
  • le financement de contrats initiative emploi (CIE) pour favoriser les embauches de jeunes dans le secteur marchand ;
  • la scolarisation de 7 200 jeunes dans les Écoles de la deuxième chance en 2009 et 2010, dans le cadre d’un partenariat avec les régions.
  • la création pour un an, entre 2009 et 2010, de 1500 postes supplémentaires dans le secteur de l‘insertion par l’activité économique.

La mise en place, au 1er janvier 2010, du contrat unique d’insertion instauré par la loi généralisant le RSA et réformant les politiques d’insertion doit induire une plus grande efficacité des contrats aidés.

Pour en savoir plus : http://www.emploi.gouv.fr

Renforcement de l’apprentissage et la formation en alternance avec deux objectifs :

  • 320 000 apprentis entre le 1er juin 2009 et le 1er juin 2010
  • 170 000 contrats de professionnalisation d’ici à juin 2010

Pour en savoir plus : http://www.contrats-alternance.gouv.fr/

Des mesures exceptionnelles sont mises en œuvre dans le cadre du « Plan de relance de l’économie » :

  • toutes les entreprises qui recrutent un jeune en apprentissage sont exonérées de charges sociales ;
  • les entreprises de moins de 50 salariés qui embauchent un premier apprenti ou un apprenti supplémentaire bénéficient d’une prime de 1 800 euros ;
  • pour toute nouvelle embauche d’un jeune de moins de 26 ans en contrat de professionnalisation, les entreprises reçoivent une prime exceptionnelle de 1 000 ou 2 000 euros, suivant le degré de qualification du jeune.
  • 50 000 jeunes bénéficieront du contrat d’accompagnement et de formation dont à compter de la rentrée 2009 jusqu’à juin 2010. Ce contrat offre aux jeunes concernés un statut, une formation, la protection sociale et la rémunération de stagiaire de la formation professionnelle.

Création d’emplois par le développement de l’activité économique, au moyen en particulier de l’aide à la création d’entreprise. La réforme des aides à la création d’entreprise concentre l’effort de l’État sur l’accompagnement des créateurs à tous les stades de la vie de leur entreprise : démarrage, financement et pérennisation. Elle vise à permettre la mise en œuvre effective des projets de création d’entreprise, à accroître la durée de vie des très petites entreprises ainsi créées, de même que le nombre d’emplois créés par ces structures.

Consulter notre site : http://www.nosemplois.gouv.fr