Contenu

Contrat pour la mixité et l’égalité professionnelle

 

Un 1er contrat pour la mixité et l’égalité professionnelle vient d’être signé dans l’Aude entre une entreprise de ferronnerie basée à Pezens et le service des droits des femmes.

 

Louis LE FRANC, préfet de l’Aude et Gilbert CAMPANA, premier vice-président de la CAPEB, ont présenté, mardi 23 décembre, le contrat pour la mixité et l’égalité professionnelle.

Le contrat pour la mixité des emplois et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes trouve son fondement dans l’article L. 1142-4 du code du travail qui autorise des mesures temporaires prises au seul bénéfice des femmes, visant à établir l’égalité entre les femmes et les hommes, en particulier en remédiant aux inégalités de fait dont font l’objet les femmes, par des mesures réglementaires prises dans les domaines du recrutement, de la formation, de la promotion, et de l’amélioration des conditions de travail.

Une aide financière de l’Etat, rénovée en 2012, est ouverte aux entreprises, sans condition de seuil d’effectif, pour favoriser la diversification des emplois occupés par les femmes et leur promotion dans l’entreprise.

Qu’il s’agisse de recrutement ou d’évolution dans la carrière, cette aide peut aller jusqu’à 50% de coût pédagogique de la formation, 30% de la rémunération de la salariée pendant la formation et 50% des frais engagés pour l’aménagement des locaux ou des postes de travail si nécessaire.

Pour la première fois dans l’Aude, un contrat de mixité vient d’être signé entre l’Etat et une entreprise individuelle.

Il s’agit de LA FAURGA, une entreprise de ferronnerie, installée à Pezens, depuis 1997. Monsieur Gilbert SALVO a fait le choix de la compétence pour permettre à sa salariée, Sarah BERGER, d’acquérir un niveau de compétence technique plus élevé que celui détenu à ce jour. Pour ce faire, un plan de formation a été élaboré sur deux ans.

L’objectif est triple : amener la salariée sur un niveau technique supérieur ou égal au Brevet des Métiers d’Art afin de favoriser une évolution de poste, maintenir l’entreprise sur son niveau d’expertise en ferronnerie métallerie et éventuellement anticiper le départ en retraite du chef d’entreprise.

Avec le soutien de la CAPEB qui accompagne les entreprises pour renforcer leurs compétences, le plan de formation a été financé pour partie par l’OPCA (organisme paritaire collecteur). Sur le restant à charge de l’employeur, l’Etat a participé à hauteur de 50 % sur les coûts de formation pédagogiques et à hauteur de 30% sur la rémunération de la salariée pendant son temps de formation.

Se renseigner sur le contrat pour la mixité et l’égalité professionnelle :

http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/les-fiches-pratiques-du-droit-du,91/egalite-professionnelle,117/le-contrat-pour-la-mixite-des,12787.html

A savoir :
Aujourd’hui, l’emploi des femmes se concentre dans une douzaine de familles professionnelles sur un total de 87. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la difficulté des femmes d’accèder à un emploi car elles se mettent en concurrence sur un nombre limité de secteurs qui sont bien souvent les moins rémunérateurs.

En termes de compétitivité, la non mixité réduit automatiquement les compétences et expériences disponibles sur le marché du travail et le vivier de talents, au détriment des entreprises, de l’emploi et de l’économie.

C’est pourquoi le Gouvernement a fait de 2014, l’année de la mixité des métiers avec un objectif ambitieux : passer de 12% à 30% de métiers mixtes d’ici 2025.

Télécharger Le programme d’action du service droits des femmes pour l’année 2014 (format pdf - 1.3 Mo - 23/12/2014)